SCRATCH 1/72 M-2000T Ziggurat d’après un kit Imai

SCRATCH 1/72 M-2000T Ziggurat d’après un kit Imai

 

Encore un modèle original proposé par IMAI durant les années 60 au nom étrange : Ziggurat. Selon wiki « Une ziggurat est un édifice religieux mésopotamien à degrés, présent aussi en Élam, constitué de plusieurs terrasses supportant probablement un temple construit à son sommet. »  Le rapport avec un char lanceur d’un avion (drone?) m’échappe...

 

Le modèle est assez complexe à concevoir car

· il faut prévoir des pièces mobiles pour pouvoir ériger la rampe de lancement.

· L’engin volant est un avion dans le kit mais sous-dimensionné, je l’ai remplacé par un missile ailé tiré du kit de Rafale 1/48 HOBBY BOSS.

· Sur le côté il y a de gros missiles jaunes dont la justification m’échappe, je les ai remplacés par des réservoirs...jaunes aussi.

· La cabine à l’avant a aussi été difficile à redessiner. J’ai choisi d’utiliser des morceaux d’une épave de robot ARII  Macross...après avoir longtemps cherché !

· Le train de chenilles est tiré de deux T-55 1/72 REVELL

· Les décalques viennent de la boite à rabiot.

 

La difficulté fondamentale résidait dans la « reconstruction » d’un design complexe dont certains éléments (missiles, cabine) nécessitaient d’être totalement ré-inventés.

 


© JC Carbonel / Modelstories  2020

[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<

Deux « tronçons » de châssis de T-55 d’origine REVELL.

Du profilé Evergreen (bandes de 5 X 2.5 mm) raccordent les deux tronçons.

Les chenilles fournies par Revell ne sont pas assez longues pour le besoin de ce montage (en effet il faut en garder pour les deux autres tronçons qui auront leur usage plus tard). Donc j’ai surmoulé une section qui sera utilisée pour la partie centrale inférieure.

Le châssis est constitué de deux profilés en U dans lesquelles vont glisser des tubes, eux-mêmes pénétrés par des axes permettant l’articulation des pièces. Tout ce montage nécessite beaucoup d’essais sur papier pour définir la longueur des pièces de manière à permettre de rétracter la rampe ou, au contraire de pouvoir la sortir suffisamment pour pouvoir « lancer » le drone.

Essais de positionnement de l’ensemble « rampe érectile » dans le châssis du char.

Le missile est assemblé direct de la boite. L’intérêt de ce choix ce sont les ailes à géométrie variable, caractéristiques de l’engin embarqué sur le Ziggurat d’IMAI.

Les hanches du robot ARII représentera la cabine du Ziggurat. Il faut obturer certaines ouvertures avec de la carte plastique.

Le bas de caisse est redessiné avec des « prolongations » en carte plastique.

La rampe est détaillée pour pouvoir bien encadrer le drone. Un petit picot est placé à l’arrière qui s’emboitera dans un trou percé dans le ventre du drone pour maintenir ce dernier bien positionné sur la rampe. Notez aussi la cabine attachée au cadre supportant la rampe.

Le haut de caisse est constitué de carte plastique.

Les détails latéraux sont rajoutés. Carte plastique pour les garde-boue, tube EVERGREEN pour les réservoirs latéraux.

Les vitres de la cabine sont représentées par leur encadrement en fines baguettes Evergreen. L’antenne avant est une tige de cuivre enfilée dans un tube Contrail.

Tout un accastillage puisé dans les pièces du T-55 Revell (mais pas que) est mis en place pour le détailage final.

Le diorama est réalisé en pâte texturée MIG placée sur des reliefs réalisés en carton ondulé.

Une fois l’engin peint, décalqué, vernis, on peut coller des cabochons de Scrap booking pour représenter les phares divers.

La clé de ce genre d’exercice c’est de respecter  au moins approximativement les formes du modèle original et son schéma de décoration.