REVELL 03901 1/48 Dassault Rafale C

REVELL 03901 1/48 Dassault Rafale C [2018]

 

Revell USA a sorti son premier kit de Rafale, un « M » en 1999 puis l’a complété par un « B » en 2000. En 2007 et 2008 les deux maquettes ont reçu des modifications (en particulier sur les charges) pour mieux représenter des appareils opérationnels. La présente boite est la première représentation du « C » chez Revell.

Le montage, contrairement à ce que j’ai pu lire chez certains confrères, n’est pas simple pour plusieurs raisons :

· le recours au mastic s’impose pour de nombreux joints

· La notice n’est pas toujours explicite quand au positionnement des pièces impliquant un recours fréquent à la documentation

· L’absence de plot de localisation dans le plus pur style « short run début de siècle » ce que cette maquette n’est certes pas. Le positionnement correct de la perche de ravitaillement fut un grand moment de stress !

· Le grand nombre de pièces dupliquées et subtilement variantes entre le M et le B que contient la boite : il faut assez constamment faire attention à ne pas « s’emmêler les pinceaux » notamment au niveau du train d’atterrissage.

Grand classique de Revell, cette boite propose deux décorations, dont une « Tiger Meet » « Artic tiger » très colorée. Revell a une grande expérience de ce genre de maquettes à large planche de décalques mais c’était une première pour moi...et je n’ai pas trouvé l’expérience agréable. Ce fut principalement dû à une planche de décalques assez mal conçue mélangeant côte à côte les motifs pour la version 1, la version 2 et les « communs ». Par ailleurs il s’est avéré nécessaire de peindre (et pas que des retouches), une fois les décalques posés ce qui est une méthode que je ne peux que qualifier de « scabreuse ».

 

Conclusion : un modèle incontournable dans toute collection d’avions français modernes mais « qui se mérite » notamment si vous optez pour la décoration « Tiger Meet »

 

Remerciement à Revell pour la fourniture du kit présenté ici.

 

 

© JC Carbonel / Modelstories 2018

[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<

Assemblage des ailes : facile!

Les tuyères de réacteur sont préparées, peintes et laissées de côté pour l’assemblage final.

Le cockpit est facile à assembler avec un siège éjectable d’un excellent niveau de détail.

L’empennage vertical. Méfiant je n’ai pas collé les petites antennes latérales qui risquaient de ne pas survivre aux manipulations.

Les gros réservoirs de 2000 L sont les deux seules charges nécessaires (avec les missiles MICA ) pour la décoration « Tiger Meet »

Les prises d’air réacteur se montent plutôt bien … mais ne débouchent sur rien.

Mise en place des logements de train, par l’intérieur du fuselage pour les trains principaux, par l’extérieur pour la baie avant. Les joints entre la baie avant et le fuselage sont perfectibles….

Cockpit, optronique et arête dorsale s’adaptent sans difficulté à la partie supérieure du fuselage.

Caches optiques en papier (peint en noir) pour le fonds des prises d’air.

Les deux demi-fuselages emprisonnent l’axe des plans canard. L’utilisation de bande collante sur la pointe avant permet de maintenir les deux demi-fuselage durant le séchage.

La mise en place des prises d’air nécessite un peu de bricolage et beaucoup de mastic. Idem pour aligner le logement de train avant et le fuselage.

Le joint fuselage-prises d’air n’est vraiment pas bon … il faut mastiquer plusieurs fois !

Avion peint en gris et en blanc avec les cache nécessaires à l’exercice. C’est le début de la laborieuse décoration.

Début de la pose des décalcomanies. Si c’était à refaire je collerais d’abord les verrières du cockpit comme Revell le suggère à la phase 67, puis je les peindrais et décalquerais. Cela pour éviter des écarts difficiles à rattraper sur le positionnement des « tigrures » par rapport aux montants du cockpit.  Les phases 67 et 68 de la notice ne sont en effet pas une décoration indépendante mais l’une des 3 phases de la peinture de la décoration Tiger Meet.

Ceci correspond peu ou prou à la phase 68 de Revell. Notez que comme les chances pour que la courbure des bandes noires en décalques sur l’arrière des ailes et des bandes aluminium bordant le croupion blanc corresponde exactement à la peinture préalable, on est bon pour retoucher la peinture après la pose des décalques...éminemment dangereux!

Assemblage des trains d’atterrissage. La notice est assez absconse quand à savoir d’où partent divers guignols et vérins et où ils aboutissent...Facteur d’énervement alors que l’assemblage reste en fait simple.

Revell n’a pas jugé utile de fournir un plot de fixation et une encoche pour la fixation de la perche de ravitaillement au fuselage. Il y a juste un picot sub-millimétrique sur la perche...et je n’ai rien trouvé côté fuselage. Après avoir galéré pendant un après-midi à essayer de trouver la bonne position (pique vers l’avant , pique à gauche, pique vers l’avant et à gauche…) j’ai compris que l’embase de la pièce était fausse et qu’il fallait poncer pour la positionner correctement ...là aussi çà énerve.

Qu’on ne s’y méprenne pas : le succès de ce kit depuis presque maintenant montre que c’est une bonne maquette avec une large gamme de charges, de belles transparences, des pneus « chargés », un assemblage qui a l’exception des prises d’air et de la perche de ravitaillement est sans problèmes mais au milieu de tout cela il n’y a pas moins un certain nombre d’irritants, en particulier dans la conception de la notice de montage qui font que son montage (et a plus forte raison sa décoration...mais là il fallait s’y attendre et c’est moi qui suit en partie en cause dans les difficultés rencontrées) n’est pas une expérience agréable . Pourtant, une fois le modèle terminé on ne peut que constater « qu’il en jette » justement de part sa décoration colorée.