AIRFIX 1/72 A8016 Armstrong Withworth Whitley mk V

AIRFIX 1/72 A8016 Armstrong Withworth Whitley mk V (2016)

 

Impression générales .


Les grappes ont un bel aspect. La gravure est du style des productions actuelles d'Airfix /Hornby, précise. En revanche le plastique parait un peu tendre et est très sensible aux dérapages de scalpel.  A première vue, la conception suit  la même logique que celle du Lancaster, ce qui est plutôt bon signe.

 

 

Fuselage et ailes

 

On commence l'assemblage par la partie centrale de l'aile et du fuselage. Pas de difficulté majeure. Cette partie servira de base au montage et constitue une bonne assise.

Le poste de pilotage et la partie avant constituent un sous montage. Tout se positionne correctement. La planche de bord est représentée en décalques. Il y a une carte géographique en decal à apposer sur la table du  navigateur. Tout cela sera difficilement visible une fois assemblé. Il faut araser le bas de la verrière, car sinon elle dépasse de l'alignement supérieur du  fuselage.

La couleur intérieure est  majoritairement vert 78 avec certaines pièces ou  gravures en noir.

La partie arrière du fuselage est constituée de 3 pièces : gauche/droite et dessus. Un plancher bien rainuré vient  habiller l'ensemble .

Il y a cependant  du  masticage à  faire entre les trois parties du  fuselage ; les plans de joints n’étant pas des plus parfaits. Les parties vitrées correspondent bien à leurs emplacements.

Au final, l'assemblage des 3 parties est bien calculé et ne pose pas les problèmes rencontrés avec le Blenheim de la même marque, conçu de la même façon.

 

 

Nacelles moteurs.

Il est impossible de respecter le montage proposé par Airfix. La partie avant représentant le radiateur ne peut pas être collée après collage des 2 demi nacelles. Il faut la coller avant la fermeture des demi coques. Le montage des blocs moyeux/hélices est  problématique ; il faut  poncer l'intérieur des emplacements à l'avant des nacelles et rectifier l'avant de ceux ci pour obtenir des hélices perpendiculaires à la ligne de vol.

 

 

Tourelles.

 

Trop beau si  tout se passait  bien (ou presque) ; au moment de recouvrir la tourelle avant de sa partie vitrée, … la mitrailleuse ne passe pas dans l’orifice pratiqué. Même chose pour  la tourelle arrière. Conséquence : élargir le passage par rabotage et  recoller la/les  mitrailleuse(s) puisqu'elles se sont décollées au moment de la première tentative. Le montage définitif des tourelles est des plus tortueux et il  faut refaire les ajustages en enlevant de la matière. Leur positionnent dans le fuselage ne peut se faire qu'à grand renfort de ponceuse.


 

 

 

Assemblage final.

 

On «s'amuse» avec le collage des jambes de trains et  de la roulette arrière ; Tout cela est  un peu  aléatoire. Le méplat  des roues écrasées est caricatural. On ne colle pas les roues du train principal pour pouvoir corriger l'assise,un fois la roulette de queue collée. Les trappes de soutes à bombes sont collées en position fermée. On termine par le collage des portes de fuselage et des échelles.

 

 

 

Peinture et décoration.

 

Le camouflage est classique de la RAF de cette période - Humbrol 29 et 30, et dessous noir .

La deuxième version proposée par Airfix est, elle, entièrement noire .

Les décalques proposés sont de bonne qualité quoique sujets au Silvering.

 

 

Conclusion

 

Une belle maquette de cet avion très British dont la silhouette plaît ou ne plaît pas. Il est dommage qu'un produit globalement bon soit entaché de pièges et d'approximations, ce qui ne le destine pas à un grand public. Ceci est pardonnable chez un artisan... A monter en prenant son temps en prenant soin de faire des montages «à blanc»  .

 


Merci à Hornby pour la fourniture de la maquette.

 

 

© B. Nédélec / Modelstories 2017

[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<