LS A601 1/76 Ki 67 Peggy Hiryu

 

LS A601 1/72 Hiryu Mitsubishi Ki 67 / type 4 Japanese Army Heavy Bomber [197?]

 

 

Réédition d’un kit de 1966 à l’échelle nominale du 1/75. En fait les mesures sur le modèle donnent 1/76, c'est-à-dire un écart d’environ 17 mm sur l’envergure par rapport au 1/72. A mon avis, à moins de poser ce kit à côté du récent Hasegawa, l’écart n’est pas visible à l’œil nu.

Le kit est honnêtement  détaillé avec 17 pièces d’aménagements intérieurs, des moteurs avec leurs bâtis. Malheureusement comme on le verra, il reste encore du travail, notamment du fait de l’absence de tout détail intérieur de type nervure de fuselage.

Le rendu de surface est correct aussi avec une gravure en creux sur l’ensemble du modèle.

En prime on a de nombreuses pièces mobiles : tourelle pivotante, volets rétractables, train rétractable etc…

Le kit comprend des figurines de l’équipage (quelconques) et deux mécanos au sol (sous-dimensionnés à mon sens) et même un petit chariot à bombe.

Côté marquages, LS propose 8 décorations plutôt génériques même si il y a peu de variation d’un appareil sur l’autre.

Donc nous avons un kit remarquable pour son époque offrant en quelque sorte le « meilleur des deux mondes » avec à la fois la qualité des détails (aménagements intérieurs, gravure en creux) et les accessoires et pièces mobiles. Globalement cela lui a permis de « bien vieillir », même si la documentation reste utile.

 

Documentation :

· Burin-do Type 4 Army bomber ki 79 Hiryu (deux éditions différentes)

· Maru Mechanic n°32 ki 79 Hiryu

· Military Aircraft 1994/09 Imperial Japanese Army Aircraft of the Pacific War (où se trouvent les photos ayant inspiré le modèle)

· Military Aircraft numéro special 1997/09 ; Imperial Japanese Army Aircraft of the Pacific War

· Broken wings of the Samurai par Robert C. Mikesh Airlife 1993

 

 

© JC Carbonel / Modelstories Mars 2014

[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<

Le cockpit et en dessous la soute à bombe. Direct de la boite.

Pour la mise en couleur j’ai suivi le principe suivant : zone habitable : vert olive clair, zone technique : bleu aotake.

Moteurs, hélices et chariot à bombe. Les ventilateurs (pièces A42) sont assez grossières et mériteraient d’être remplacées...mais par quoi ?

Les verrières avant et arrière, les coupoles d’armement ne sont pas encore montées.

Nacelles et trains d’atterrissage. Comme on le voit il est préférable de maintenir les pièces durant le séchage de la colle.

Les volets assemblés. Ils peuvent coulisser et se déployer en dessous des ailes.

Les nacelles avec des pointes de mastic du fait des joints délicats et de retassures de matière.

Les moteurs assemblés et peints avec leurs bâtis et leurs cloisons pare-feu.

Les verrières complètes avec les coupoles d’armement.

Nacelles terminées. On note les traces de retassures comblées au mastic sur l’une d’elles.

Les ailes. Le montage des volets coulissants demande un peu de doigté.

Mise en place des moteurs. Le positionnement de la cloison pare-feu est délicate car la notice est floue sur leur emplacement réel.

J’ai affiné les volets moteur...ce qui ne se voit absolument plus sur le modèle terminé!

Les trappes de train sont prévues pour se refermer. Je n’ai pas essayé : j’ai coupé les axes et tout collé fixe!

Pour faciliter le positionnement du plancher du cockpit j’ai enlevé (au cutter, attention aux doigts) les rails de positionnement supérieurs.

Mise en place des nacelles sur les ailes.

Les aménagements intérieurs complétés avec en particulier

· les nervures internes du fuselage

· Le plancher du fuselage arrière

· La cloison séparant le cockpit du compartiment bombardier.

En pratique vous pouvez vous abstenir. Seuls les aménagements du nez et nervures internes dans le cockpit restent visibles. Tout ce qui est fuselage arrière est invisible.

Assemblage du fuselage. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les joints sont plutôt bons.

Contrairement à ce que préconise la notice les pièces A22-A23 ont été collées avec le plancher du cockpit. La verrière C9 a été mise en place dans l’un des demi-fuselages puis inséré dans l’autre demi-fuselage lorsque les deux ont été joints. La pièce C9 se mets en place quasiment toute seule. Une fois en place, elle est verrouillée à la colle liquide « verte » Tamiya, par capillarité.

Les feux de position sont créés à partir de chute de plastique transparent vert ou rouge.

Les bombes sont mises en place. Elles seront retouchées ensuite.

Après peinture du fuselage, les verrières sont mises en place.

Les hinomarus de fuselage ont été remplacés par d’autres venus de la boite à rabiot ...en effet LS ne fournit pas de hinomarus à bords blancs. A noter que les ailes s’assemblent tellement bien qu’elles n’ont pas été collées au fuselage !