AIRFIX A8001 1/72 Avro Lancaster BII

AIRFIX A8001 1/72 Avro Lancaster BII [2013]

 

 

Impression générales .


Nous sommes en présence d'un kit de la dernière génération Airfix. C'est le seul à ce jour qui représente le Lancaster à moteur Bristol en étoile.

La gravure en creux est tant soit peu prononcée. Le plastique est de bonne qualité (meilleur que celui des rééditions), ni trop tendre ni trop dur. Il faut cependant respecter les consignes de dégraissage des grappes. En effet l'agent démoulant utilisé ne facilite pas l'accroche de certaines teintes de peinture.
Nous regretterons, cependant, la complexité de certains assemblages comme le train d’atterrissage (que la lecture de la notice n'éclaire pas vraiment) et la fragilité de certaines pièces comme les vérins de portes de soute. Il faut donc prévoir de les coller si possible en fin de montage
afin de s'épargner une volée de jurons.  Le montage est effectué sorti de boite en utilisant les décalcomanies fournies.

 

 

Fuselage.

 

On commence l'assemblage par le poste de pilotage .
Tout se positionne bien ; les emplacements sont bien marqués dans le plastique. Ne pas oublier les décalques représentant l'instrumentation et les cartes de navigation sur la table  (oui, elles sont fournies) Une pièce maîtresse de l'assemblage de la maquette est la N° A5, le plafond de la soute à bombes, qui avec les 2 longerons B6 et A4 assurera la solidarisation avec les ailes et leur rigidité.

On doit être très prudent car ces longerons sont ajourés au niveau de ce qui deviendront les puits de trains et ils cassent facilement, car les fentes du fuselage dans lesquelles ont doit les faire glisser sont très étriquées.

On emprisonne ensuite cet ensemble dans les 2 demi fuselages. Les couleurs intérieures sont interior green et noir suivant les endroits .

En fonction de la version choisie, on bouche ou laisse ouvert l'emplacement de la verrière ventrale ; tout est prévu. Ne pas oublier les parties vitrées à ce stade.

 

 

Ailes

 

On assemble les caissons de puits de train entre les longerons et on emprisonne ces ensembles (ne pas oublier les phares d'atterrissage à l'intérieur) entre les demi ailes. A partir de ce moment, j'ai préféré m'éloigner un peu de l'ordre de montage préconisé par la notice, car j'aurais certainement eu pas mal de casse.

Je m'en suis tenu au collage des jambes principales de train, les détails ne venant qu'en fin de montage. Ces jambes sont à glisser dans l'aile par le dessus. Une pièce d’obturation venant boucher les orifices. Ces plaques font la jonction entre les ailes et les nacelles moteurs, leur forme différant sur les versions à moteur Merlin qui doivent partager le même moule.

L'empennage arrière ne pose aucun souci si l'on suit la notice. 

On laisse les volets de côté pour la fin du montage.

 

 

Sous ensembles moteurs.

 

On peut assembler les moteurs à n'importe que stade du montage. Pour ma part, j'ai collé les nacelles aux ailes et laissé les moteurs à proprement parle de coté pour l'assemblage final.

 

Sous ensembles tourelles.

 

Pour la version que nous avons choisie ( B de la notice), il nous faut réaliser 3 tourelles ; il n'y a pas de tourelle ventrale. D'autre part, les portes de soutes à utiliser sont les plates.
L’assemblage de ces tourelles demande un peu de patience, notamment en raison du collage de pièces transparentes. Il faut avancer progressivement si l'on ne veut pas maculer ces parties vitrées. 

La couleur intérieure des tourelles est noire. Une fois les assemblages effectués, on laisse de côté pour l'assemblage final.

 

 

Assemblage final.

 

Dans un premier temps, on complétera le train d’atterrissage en lui ajoutant les différents vérins. Avant cela, on aura pris soin d'ajouter les portes bombes en soute suivant la configuration choisie.

Laissez de côté les vérins de porte pour l'instant. J'en ai fait l'expérience, c'est trop risqué. On colle ensuite les moteurs sans les hélices. Puis on commence le collages des parties transparentes.  Il faut choisir la bulle de nez correspondant à  la bonne version.  La grappe transparence est générique et fournit même un radôme transparent. Déception à ce stade. Le diamètre de la bulle avant est supérieur à celui de l'avant du fuselage. On poncera l'un et l'autre pour rattraper cette erreur .

On colle ensuite les roues en respectant bien le méplat représentant l'écrasement des pneus pour le train principal. On termine par les tourelles, les hélices et les portes de soute et de logements de trains. Pour ces dernières, le positionnement est assez délicat car les assemblages manquent de précision.

 

Peinture et décoration.

 

J'ai choisi de représenter la décoration du Squadron 408 de la Canadian Air force en  Juillet 1944.

Camouflage dark green/ dark earth pour les plans supérieurs et noir pour le dessous .

Ce camouflage se prolonge sur les montants de verrière et de tourelle dorsale. Les montants des 2 autres tourelles restent noirs.

Les décalques sont bien imprimés et se posent bien, mais un important «silvering», même sur vernis brillant, apparaît. Il a fallut une bonne dizaine de couches d'assouplissant, avec piquage du film à l'aiguille pour en venir à bout. D'autre part, les cocardes et codes de fuselage me semblent un peu surdimensionnés ; en effet, ils mordent sur les portes de soute .


Conclusion

 

Une belle maquette d'une version inédite du Lancaster. Mon avis reste cependant partagé sur la clientèle visée. C'est parfois complexe, parfois simplifié, certainement déroutant pour un débutant travaillant seul. On regrettera que les bombes ne soient pas fournies, mais qu'Airfix indique qu'elles sont disponible dans le Set  « Bomber Re Supply.... » Sans commentaire.

 


Merci à Hornby pour la fourniture de la maquette.

 

© Benoit NEDELEC/ Modelstories 2014

[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<