F-RSIN 1/144 DC5

F-RSIN 1/144 DC5 [2012]

 

20 /20 c’est la note que je donne à ce petit kit pour l’originalité, je serais un peu moins généreux pour la réalisation, mais ceci compense peut-être cela…

 

Le montage est bien sûr assez simplifié du fait du nombre limite des pièces, mais le travail du mise à niveau est assez long. Le fuselage (du moins mon exemplaire) est parsemé d’une multitude de bulles qui en crevant se muent en dizaines de petits trous et plus on comble, plus on ponce, plus on ouvre de nouveaux petits trous, des petits trous, des petits trous ….toujours des petits trous (air connu).Cela arrive parfois avec les kits en résine, ce n’est pas dramatique mais excessivement chronophage. Les hélices sont en résine, noyées dans la matière rendant le nettoyage plutôt délicat, j’aurais préféré les trouver en métal comme le joli et fin train d’atterrissage. Pour détacher les pièces principales en résine il faut y aller avec un maximum de délicatesse car les carottes sont robustes. L’assemblage de l’aile sur le fuselage est un peu à revoir car si l’on positionne l’ensemble tel quel il y a une « marche » importante à l’extrados, il faut donc intercaler une feuille de plastic fin (1.5mm) car il est plus esthétique d’avoir à faire un raccord de mastic à l’intrados. Une fois l’assemblage terminé il est impossible d’imaginer que notre mini avion-cargo va reposer sur son train tricycle…Il faut le coller sur sa base ou prévoir une béquille (c’est suffisamment discret et de toute façon le ventre est très près du sol).Comme couche d’apprêt sur les avions japonais j’utilise régulièrement le jaune des bords d’attaque que je masque par la suite c’est aussi efficace que le gris et on gagne une opération…Et c’est là que les petits trous réapparaissent, car il y a toujours quelques oubliés…Re-ponçage et remasticage pour obtenir un résultat satisfaisant. Les couleurs proviennent toutes de la gamme GUNZE et grâce à la belle finition brillante on peut tout de suite passer à la pose des décalques. La planche fournie par F-RSIN est fine et bien imprimée mais fragile et d’une seule pièce, il faut donc découper chaque motif au plus près…C’est très très fin donc il faut y aller avec beaucoup de douceur d’autant plus qu’il faut superposer le rouge sur le blanc tant pour les hinomarus que l’insigne de dérive, la bande de fuselage est assez délicate à positionner mais elle « colle » parfaitement. Sur la planche de décalques je pense qu’il aurait fallu figurer les hublots ainsi que les vitrages du poste de pilotage. J’ai découpé des petits morceaux de décalque argenté pour figurer les parties vitrées, j’avais auparavant tenté de peindre les creux en noir mais il n’y avait pas assez de contraste avec le vert sombre du fuselage.

 

Un sujet sympathique et très original, une réalisation qui demande un peu plus de soin qu’un « hobby-boss » et au final un modèle sans doute exclusif pour longtemps…A recommander aux amateurs.

 

Remerciements à F-RSIN pour le kit analysé ici.

 

© A. Galliat  / Modelstories 2013

[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<