Airfix A04053 1/72 Fairey Swordfish mk II

Airfix A04053 1/72 Fairey Swordfish mkII [2011]

 

Il s'agit là de la nouvelle maquette récemment sortie chez Airfix au 1/72. Le niveau de détails est époustouflant pour cette échelle et la qualité de moulage est au rendez vous.

Parmi les options, des pièces permettent de présenter le modèle en configuration à ailes repliées avec 2 gabarits pour l'alignement de l'aile supérieure. Un chariot particulier est même inclus pour le transport de la torpille au sol.

2 décorations sont proposées pour un appareil ayant participé au fameux raid de Tarente contre la Flotte Italienne en Novembre 1940 et un second dans une livrée entièrement aluminium des années 30. Pour ce montage, c'est un Swordfish Mk II portant les fameuses bandes d'invasion et qui avait pour mission le harcèlement des navires allemands dans la Manche durant l'assaut des plages normandes le 6 Juin 1944.

La décoration spécifique retenue provient de la revue "Batailles aériennes" n° 29 qui présente un profil couleurs et quelques photos en vol de l'escadrille correspondante.

 

Montage

On commence évidemment par tout le bloc du cockpit particulièrement bien équipé avec les cadres latéraux des structures. Attention toutefois au dégrappage des pièces qui ont tendance à se tordre assez facilement. Les sous ensembles du plancher et des parois latérales s'assemblent sans difficulté. Si on dispose d'une bonne expérience de peinture au pinceau, beaucoup de pièces peuvent être peintes après assemblage, cela évite les traces de colle par la suite. La fixation du cadre supérieur d'accès de l'équipage doit être renforcée ensuite avec quelques points de colle Cyanoacrylate.

Ne pas oublier au passage le collage de la petite mitrailleuse du côté droit du fuselage et qui s'insère parfaitement dans l'orifice prévu. On débute enfin la mise en peinture de cet intérieur avec une teinte dominante de vert intérieur anglais (Humbrol 78) pour la totalité des structures tubulaires métalliques. Le plancher inférieur est aluminium mate et les coussins de sièges en brun cuir satiné (Humbrol 133) ou noir satiné (Humbrol 85). La planche de bord du pilote est entièrement en noir Humbrol 85 avant de recevoir son instrumentation prévue en décalque par Airfix et le carré entoilé situé à l'arrière est en ocre Humbrol 84.

Les demi fuselages peuvent être mis en couleur à ce stade du travail avec la particularité d'avoir une surface entoilée brun rosâtre (Humbrol 61) et les parties métalliques en vert intérieur. Le tout est complété d'un jus brun foncé dispersé par capillarité. La patine est achevée avec un brossage à sec en aluminium mate (Humbrol Metal Cote 27001). On n'oubliera pas par la même occasion de placer les 2 petites fenêtres sur chaque demi fuselage. Une simple pose à blanc avec un ajout de colle fluide Tamiya par capillarité suffira à les maintenir fermement sans risque de détérioration.

Le montage continue avec la fixation définitive du bloc cockpit dans le demi fuselage gauche en suivant tous les picots d'ajustage prévus. Tout s'emboîte correctement. On en profite pour terminer les finitions de peinture de ce cockpit. La fermeture du fuselage doit s'effectuer à grand renfort de colle Cyanoacrylate et d'un serrage de l'ensemble avec des pinces durant 24 heures de séchage. Il faut forcer un peu l'ensemble malgré la très bonne conception des pièces. Tous les joints sont ensuite arasés et poncés soigneusement avec du gros papier de verre 180 au 400 puis en finition à la paille de fer fine pour ébéniste.

On démarre ensuite la base des ailes principales inférieures sous le fuselage avec les 2 gros renforts en "V" inversé. La préparation de toute la voilure supérieure peut débuter et sur laquelle Airfix a fait preuve de précision et d'astuce pour son système de fixation non complexe. Les mats intermédiaires s'enfilent par l'intérieur des ailes au moyen d'un système de collage très ingénieux pour en assurer de suite la bonne inclinaison. Le fuselage reçoit ensuite divers détails comme le support de la voilure supérieure sur son capot et le pare brise du pilote.

Enfin, le bloc moteur est assemblé dans la foulée avec les diverses couronnes de cylindres fort bien moulées et tout le capotage alentour dont l'échappement inférieur. La mise en place du train d'atterrissage avec des fixations est fort bien conçue et rapide de mise en oeuvre. L'arrière du moteur est peint à ce stade

en Gun Metal Humbrol 53 avant son collage définitif sur l'avant du fuselage. 

Le système d'assemblage de l'aile supérieure est très pratique et ne demande qu'un simple encliquetage des plots de collage (base des mats à encocher sur les implants de l'aile inférieure... du jamais vu sur un modèle de biplan !). Le moteur est ensuite collé en place dans la foulée. Même système ingénieux pour le plan supérieur; Chaque point de collage est toutefois renforcé au final à la colle Cyanoacrylate en intercalant le 3ème mat intermédiaire à l'arrière des ailes. Les gouvernes d'empennages sont ensuite collées braquées vers le bas et s'insèrent sans problème dans leurs encoches prévues à cet effet. Même chose pour la dérive en position légèrement braquée aussi. On en profite aussi pour coller en place les dernières pièces comme les roues (munies de trous carrés de fixation pour obtenir de suite l'orientation au sol des parties aplaties du poids de l'avion... Bravo Airfix !), la crosse d'appontage sous le fuselage, le marche pieds d'accès au cockpit et les 2 crochets de maintien des ailes lorsqu'elles sont en position repliée. Un râtelier ventral complète cette étape pour y fixer une torpille ou un réservoir supplémentaire. Ici, il sera laissé vide de toute charge puisque les Swordfish du D Day n'emportaient que des roquettes.

Les roquettes utilisées proviennent d'un Mosquito Tamiya avec leurs rails et leurs charges moulées très finement. Leurs petits empennages sont prévus en pièces séparées. Des repères au crayon sont nécessaires pour la mise en place régulière des 4 rails de chaque côté des intrados.

 

A ce stade des opérations, la peinture du modèle peut démarrer maintenant. On commence par la peinture du fuselage, du capot moteur et de la dérive en blanc cassé (Gris très clair Humbrol 147) parfait pour un rendu final pas trop "neuf". 2 couches seront nécessaires au total. On poursuit ensuite avec le camouflage 2 tons de la voilure supérieure et des empennages composés de gris verdâtre Slate Grey (Humbrol 224) et de gris foncé H 67.

Pour les ailes inférieures, il faut respecter le fameux concept "Shadow Shading" très britannique, à savoir un camouflage légèrement plus clair pour compenser l'effet trop sombre de l'ombre portée de l'aile supérieure... Tout un programme !

Pour les 2 teintes plus claires, on peut utiliser, pour rester dans les mêmes dominantes de couleurs, le gris vert Humbrol 31 et le gris moyen H 27. 

Toutes les teintes sont légèrement fondues par rapport au blanc sur la zone du capot avant en vaguelettes au moyen d'un effet simple de limites en jus transparent sur 1 millimètre puis par remplissages des surfaces en teintes opaques, ce qui donne à distance un bel effet de dégradés suffisants à cette échelle.

Pour le schéma des diverses taches, c'est le plan couleurs de la notice Airfix qui a servi de modèle. On passe ensuite aux fameuses bandes d'invasion en noir et blanc si caractéristiques du Débarquement.

Le travail commence avec les zones blanches en respectant au mieux les photos d'époque montrant les plans du dessus. 3 couches de blanc Humbrol 130 sont nécessaires pour couvrir les surfaces à traiter sur du vert et du gris. Ensuite, il faut tracer au mieux au crayon et en calculant grosso modo les divisions en 5 intervalles pour obtenir les 2 bandeaux noirs par surface.

Tout est fait ici à main levée au pinceau afin de respecter les méthodes de badigeons de l'époque (certains appareils, notamment chez les Britanniques, étaient traités... au balai brosse !). Inutile donc d'utiliser de la bande cache...

Attention car le bandeau du fuselage comportait 2 liserés d'extrémités en noir... ce qui ne facilite pas le travail ! Le tout sera par la suite poncé à la paille de fer pour simuler un effet de patine de surface par rapport au camouflage.

Des jus brun foncé sont posés au pinceau fin dans tous les creux et reliefs mécaniques de l'avion. Le collecteur d'échappements de l'anneau frontal du capot moteur est obtenu avec un mélange de teinte Gun Metal Humbrol 53, doré H 16 et du brun rouge H 160 passés successivement en jus transparents. Les pneus sont en gris foncé H 67.

Les décalques proviennent de la boite à rabiot, la planche Airfix ne proposant pas le même type de cocardes et de fanions pour cette version. Pas de cocardes sous les ailes inférieures. Le petit matricule noir sur l'arrière n'a pas été facile à trouver et se retrouve composé de 3 éléments divers redécoupés. Seuls 2 bandes noires de marche pieds et du repliage des ailes supérieures proviennent de la planche Airfix. Il faut aussi ajouter les 4 boudins de protection sur l'échancrure du poste de l'équipage et oubliés par Airfix. Les 4 formes sont simplement obtenues avec du Kristal Klear mis en forme puis peint en brun rouge Acajou Humbrol 133 satiné.

Un petit profilé oblongue (écope de rabiot retaillée) équipée de 2 petits coudes en fil de cuivre est ajouté sur l'avant du fuselage juste en arrière du moteur, la pièce prévue par Airfix ne correspondant pas à cette version.

L'hélice est préparée avec l'ajout d'un axe de fixation plus long que celui de la boite. Sa mise en peinture est effectuée en noir mat avec le cône en rouge. La mitrailleuse arrière est installée en place sans oublier l'ajout d'une mire en étiré. Les rails et les roquettes sont respectivement en Gun Metal et en noir satiné Humbrol 85 puis frottés à l'aluminium mat.

Les 2 phares d'atterrissage fournis en petites pièces transparentes sont mises en place puis teintées en noir et vernies en brillant.

Il reste enfin la pose des haubans avec des sections de fil étiré coupées à la bonne dimension. Ces sections sont fixées avec du Kristal Klear dilué légèrement avec de l'eau au moyen d'un pinceau afin que le produit reste bien onctueux durant les opérations de collage. On n'oubliera pas au passage les tendeurs des gouvernes de direction de la profondeur et de la dérive même si cette opération est plus délicate que le reste des haubans.

Après séchage total le lendemain, tous les haubans sont soigneusement peints au pinceau fin avec du gris métallique sombre faisant ainsi illusion de l'aspect métallique de l'ensemble.

 

Conclusion : Cette livrée "D Day" reste particulièrement originale et peu vue sur le Swordfish. Pour résumer, cette nouvelle mouture est une très bonne représentation du gros biplan britannique qui surpasse évidemment tous les modèles précédents. Pour information, Airfix a prévu prochainement la sortie d'une version à flotteurs !

 

 

Texte et montage : Alain Bernhard.

 

Remerciements à Hornby pour la fourniture du kit présenté ici

 

© A. Bernhard / Modelstories 2012

[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<