RS 1/72 Reggiane RE 2005

RS 1/72 Reggiane RE 2005 [2011]

 

Une fois de plus RS Models nous offre une maquette originale en injecté. Hormis les résines italiennes, et quelques modèles en Vacuformé, seul Pegasus ( l’Anglais, l’original) avait proposé cet avion au 1/72 en injecté « short run ».

 

Nous sommes face à un bon modèle, finement détaillé, qui présente cependant les inconvénients des séries à tirage limité, mais ceux ci sont facilement transgressables. Le plastique est assez cassant et un peu granuleux ; il nécessitera un traitement à  la paille de fer ou au Scotch brite. Quelques pastilles d’éjection devront être supprimées, notamment à l’intérieur des demi ailes, faute de quoi celles ci ne pourront pas s‘assembler.

 

La planche de décalques est superbe de finesse, à tel point qu’il faudra être prudent lors de la pose, le film ayant tendance à s’enrouler sur lui même. RS nous propose 3 décorations dont une italienne en 2 variantes.

 

Préparation

 

Avant toute chose et après un dégrappage prudent, il conviendra de poncer légèrement sur une surface plane les plans de joints afin d’obtenir un parfait ajustage. Il n’y a pas de tenons de positionnement, ce qui peu dérouter les moins expérimentés, mais rien n’est insurmontable et parfois pas de tenons valent mieux que des tenons mal implantés.

 

Fuselage

 

On commencera par l’assemblage du poste de pilotage dont le degré de détaillage est digne d’une « grande marque ». La teinte intérieure est sujette à interprétation ; le verde anticorrosione existe en 2 variantes : une tirant au bleu clair et une autre plus verte.

Pour ma part j’ai choisi un mélange de  Humbrol H78 et 34, à parts égales, mais il semblerait que la variante bleue soit plus appropriée pour cet appareil de la deuxième moitié de la guerre.

 

L’assemblage des demi fuselages se fait sans problème et le poste de pilotage s’y insère à la perfection.

 

Ailes et assemblage final

 

Les ailes sont un peu plus problématiques. Les longerons de compartiments de train sont fournis en éléments séparés. Il faudra les réduire en hauteur pour pouvoir coller les parties inférieures et supérieures de l’aile. Le radiateur ventral nécessitera pas mal de ponçage et de masticage afin d’obtenir un bon ajustage.

 

L’assemblage aile/fuselage n’est pas des plus simples. Il faut entamer les parties supérieures de l’aile pour permettre au fuselage de se loger en leur milieu. Prendre bien soin à l’équerrage des plan horizontaux de queue.

 

Les trains d’atterrissage sont assez fragiles. La roulette de queue n’a pas résisté aux manipulations et a été remisée pour être recollée en fin de montage.

 

Peinture et décoration

 

La décoration choisie est celle de la 362a Sq. à Capoue en Octobre 1943. Les couleurs utilisées sont H127 pour l’intrados et H91 pour l’extrados et les cotés du fuselage. Je me suis inspiré pour ces couleurs de 2 ouvrages d’origine italienne. Le vert des surfaces supérieures enveloppe les bords d’attaque et recouvre une partie de l’intrados. Un verni brillant avant pose des décalques s’impose. Ceux ci, nous l’avons dit, sont très fins et ce vernis permettra de les positionner sans les déchirer. Ils ont aussi une fâcheuse tendance à se replier sur eux mêmes. Et une fois posés et recouverts de vernis satiné (ces avions étaient neufs), ils se confondent parfaitement avec la peinture.

 

 

En Résumé

 

Il s’agit la d’une fort belle maquette qui, certes, nécessite un peu de travail ;on aura notamment recours au mastic pour parfaire les joints. Mais, le short run est capable de nous restituer parfaitement les lignes fluides d’un aéronef pour peu qu’on prenne soin de bien préparer son travail. De nos jours, c’est le prix de l’originalité.

Hautement recommandé

.

With all best thanks to RS for the review kit.

 

© Benoit NEDELEC / Modelstories 2012

[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<