[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<

Revell Ref : 04693 1/72   Hawker Fury Mk 1

Revell Ref : 04693 1/72   Hawker Fury Mk 1[2010]

Présentation
Ce modèle n'est pas une nouveauté mais la reprise de la référence Matchbox comme Revell a pris maintenant l'habitude de nous gratifier depuis quelques temps déjà avec d'autres maquettes.
Par comparaison avec l'édition anglaise d'origine au plastique coloré, le moulage Revell a sensiblement souffert d'une usure du moule ou d'une qualité de styrène déficiente au vu de quelques barbes et imperfections de surface pourtant absentes à l'époque chez Matchbox.
Ceci dit, le sujet reste intéressant malgré son concurrent de l'Est (Amodel) bien plus détaillé et qui propose quant à lui les deux versions à trains d'atterrissage différents…
Une seule décoration anglaise est proposée, ce qui fait assez « radin » pour un appareil ayant porté une variété de livrées aussi bien Britanniques qu'étrangères (Matchbox proposait au moins une Yougoslave…).

Montage
Pour commencer, le cockpit ouvert ne comportant qu'un minimum incomplet doit être remanié avec le remplacement du siège d'origine par une pièce de rabiot plus « d'époque », l'aménagement de quelques structures et poignées de commandes sur les parois latérales et le plancher, l'ajout de palonniers et d'un manche à balai (avec poignée circulaire).
La planche de bord est fournie en décalques mais doit être fixée sur une plaque de carte plastique peinte en noir satiné (Humbrol 85) puis découpée ensuite après séchage total. On y ajoute aussi les deux culasses des mitrailleuses de capot en profilé cubique Evergreen sur les emplacements prévus par des rectangles blancs. Le tout est cloisonné de chaque côté par des parois (carte plastique) à l'avant en pare feu et derrière le siège.
La teinte intérieure peut être en aluminium avec le siège et sa plaque arrière en bois acajou satiné (Humbrol 133). La poignée du manche à balai et quelques boîtiers de commandes sont en noir satiné (Humbrol 85).
Le demi fuselage gauche doit être gravé au niveau du portillon d'accès du pilote. On peut aussi le représenter ouvert par découpe de cette partie.
Après fermeture du fuselage, le capot est refermé aussi en emprisonnant astucieusement les mats centraux en « N » de l'aile supérieure, système unique à l'époque chez Matchbox pour toute sa gamme de biplans.
Avant d'effectuer la mise en croix du modèle, toutes les surfaces ondulées trop exagérées des ailes doivent être atténuées par ponçage successif au papier de verre puis à la paille de fer fine d'ébéniste. Les joints généraux de raccords ne sont pas fameux, de même que ceux de la dérive à ajouter par la suite sur l'arrière du fuselage. Le gouvernail est légèrement orienté par simple incision et pliage soigneux. Deux des quatre montants de renforts inférieurs des empennages sont remplacés par du profilé pour cause de pièces d'origine un peu trop courtes.
La mise en place du plan supérieur n'est pas sans difficulté et le recours à la colle Cyanoacrylate sera bien utile ici pour forcer légèrement l'assemblage sur les mats latéraux. On y ajoutera ensuite un guignol de commande de chaque côté à l'intrados (carte plastique et étiré) et un Pitot à double tige (fil de cuivre mis en forme de « U » puis complété par une petite base en aluminium adhésif) sur le mat côté droit vers l'avant.
Après le collage du gros radiateur ventral moulé avec une belle grille frontale, les montants en V du train d'atterrissage sont installés là aussi à grand renfort de Cyanoacrylate en veillant à bien aligner le tout. Les roues sur lesquelles il faut percer chaque valve de gonflage des pneus, ne seront mises en place qu'après la décoration complète de la maquette.

Décoration
La décoration proposée par Revell, quoique assez limitée, n'en reste pas moins attrayante. Tout le modèle est « bombé » à l'aérosol Tamiya TS 17 « Gloss aluminium » après avoir masqué l'ouverture du cockpit.
Le dos supérieur, de l'arrière du cockpit jusqu'à la dérive elle-même, est en jaune vif (Humbrol 154) à l'aide de bande cache adhésive Tamiya. Deux couches sont nécessaires pour obtenir un rendu uniforme.
Les tôles de surfaces du bloc moteur sont ensuite patinées par un jus brun foncé sur les rivets et lignes de structures avec l'anneau frontal et ses deux bossages en aluminium brillant réalisés au pinceau (Humbrol Metal Cote 27002).
Les mitrailleuses et la mire de visée sont en Gun Metal (Humbrol 53) et les pipes d'échappements en métal brûlé (H 53 + H 160) avec leurs ouvertures en noir mat.
Attention à la casserole d'hélice donnée pour entièrement jaune alors qu'elle l'était partiellement avec sa pointe en aluminium d'après l'observation de photos de la vraie machine. Les pales de l'hélice sont traitées en « trompe l'œil » de faux bois nervuré et réalisé au pinceau fin par un jus brun foncé transparent sur fond jaune sable (Humbrol 93) puis passé ensuite au vernis brillant.
On peut augmenter, à ce stade, l'épaisseur du boudin anti-chocs du cockpit en déposant un petit bourrelet de Kristal Klear avec un cure dents en bois. Il sera peint en brun cuir acajou H 133 avant la pose du pare brise.
L'application des décalques doit impérativement s'effectuer avant le travail final des haubans. La planche Revell est de très bonne qualité tant graphique qu'en adhérence avec l'assouplissant classique. Le drapeau de dérive devra être retouché au pinceau fin pour compléter les couleurs manquantes de la tranche.
Pour finir, la mise en place des haubans est obtenue avec des sections d'étirés coupées à la dimension adéquate et fixées par une goutte de Kristal Klear puis peintes en gris métallique sombre.

Conclusion :
Une réédition sympathique pour un sujet attrayant et typique des années 30. Pour les amateurs de livrées plus « exotiques » (Yougoslave, Sud Africaine…), à vos boites à rabiot !

Texte et montage : Alain Bernhard.


Remerciements à Revell pour la fourniture du kit présenté ici.

(c) A. Bernhard / Modelstories 2010