[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<

Pour agrandir les images, cliquez dessus !

REVELL 04252 1/144 Super Constellation L1049G

REVELL 04252 1/144 Lockheed L1049G Super Constellation [2007]

       
Analyse du kit :

        Jusqu'ici, seul Minicraft avait réalisé cet appareil à cette échelle. Ce modèle était caractérisé par une absence de gravure, des capots moteurs ainsi qu'un profil de nez de forme  erronée.
        Le nouveau modèle Revell est, quant à lui, gravé en creux. On peut réaliser les versions à nez court et long, avec ou sans les réservoirs en bout d'aile. Les moteurs sont très détaillés avec la couronne de cylindres, la prise d'air supérieure et inférieure ainsi que le carénage profilé du carter, sont des pièces séparées. Les hélices sont fines et moulées avec leurs cônes. Les hublots, le nez court et le pare brise sont en plastique transparent. Le poste de pilotage est détaillé. Les trains d'atterrissage sont bien détaillés pour l'échelle avec des trappes malheureusement trop épaisses. Tous les carénages et les petites antennes sont également fournis.
        La planche de décalque est très complète et très fine. Elle permet de réaliser quatre appareils de la Lufthansa et trois autres de la TWA. Le bleu utilisé pour la compagnie allemande est trop clair.   
         
Montage

         
          J'ai décidé de réaliser la version de la TWA avec un nez court et sans les réservoirs en bout d'aile. 
          On commence par vérifier les ajustages des pièces principales (fuselage, ailes, empennages) qui sont très bons. Cela permettra de peindre des sous ensembles avant assemblage.
          Les pièces du poste de pilotage, les moteurs et les roues sont peintes directement sur les grappes.
          Le montage du cockpit demande quelques ajustages. Il faut tout d'abord supprimer les deux petits plots carrés sous les sièges du pilote et du copilote, sinon les sièges touchent le haut de la cabine. Le tout est peint en suivant les indications de la notice de montage. Il faut ensuite diminuer l'épaisseur du fuselage par l'intérieur au dessus de la casquette du tableau de bord pour pouvoir refermer les deux parties du fuselage.     
          Les rangées de hublots, si on les colle telles quelles, sont en léger retrait par rapport à la surface du fuselage. Pour remédier  à ce problème, il faut affiner le plastique par l'intérieur  avec une grosse fraise boule.
          On peint ensuite l'intérieur du fuselage ainsi que le lestage (plomb récupéré sur le goulot de bouteille de vin) en gris foncé.
          On colle à ce stade les deux moitiés du fuselage et on profite que la colle est sortie pour coller les trois pièces de l'aile. On laisse le tout bien sécher pour pouvoir poncer les joints par la suite.
          Pendant ce temps, on s'attaque au train d'atterrissage qui est fort bien représenté pour l'échelle. On se contente de coller les pièces qui seront peintes en même temps que le  fuselage. Les roues sont détachées des grappes et on réalise un méplat pour simuler le poids de l'avion.
         On passe ensuite aux moteurs. La partie avant de l'intérieur des capots est en aluminium. Les couronnes de cylindres, préalablement peintes sur la grappe, sont collées dans les deux moitiés de capot que l'on colle ensemble. Les prises d'air inférieures sont percées puis collées à leur place. A l'aide d'une petite fraise boule on perce les trois sorties d'échappements.
          Les empennages sont simplement emboîtés.
          On reprend le fuselage, dont on a préalablement poncé les joints, pour coller le pare-brise et le nez dont on a peint le feux gauche en rouge, le tout recouvert de peinture aluminium. Les jambes de train sont collées à ce stade.
          On peut maintenant passer à la peinture. On commence par masquer les parties vitrées avec du « maskol » puis on passe une première couche de blanc mat pour avoir une bonne couche d'accroche et parce que la peinture brillante est très transparente et enfin la couche de blanc brillant. Une fois ces deux couches bien sèches, on masque ce qui doit rester blanc avec du « Tamya masquing tape » et on passe la couche aluminium sur tout le reste (ailes, moteurs, hélices, empennages…). Il ne reste plus qu'à peindre les dégivreurs au pinceau et en noir.
          A ce stade, on termine l'assemblage des moteurs en collant les protèges carter puis les hélices. Les panneaux derrière les volets des capots sont peints en métal brûlé.
          On peut maintenant poser les décalques en faisant attention à ce que l'immatriculation corresponde au nom de l'avion, N7114C avec « star of mont saint michel ».
          Toutes les petites pièces (antennes diverses, feux, trappes de train…) sont collées à leurs places puis peintes. Il ne reste qu'a assembler tous les sous ensembles et à poser les fils d'antenne.

           
Conclusion :

           Revell nous gratifie d'une très belle représentation d'un avion mythique avec des assemblages précis et une bonne finesse générale. En outre, les pièces optionnelles permettent  de réaliser les principales versions du Constellation et ainsi de couvrir les nombreuses livrées des différentes compagnies l'ayant utilisé pour un modèle d'un encombrement minimal.
                                               
Texte et montage : Ludovic Lepoupon.         

Remerciements à Revell pour la fourniture du kit présenté ici.

© Ludovic Lepoupon / Modelstories 2007