[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<

Pour agrandir les images, cliquez dessus !

ICM ref 72311 1/72  ki 10-II

ICM ref 72311 1/72 Kawasaki ki 10 [2006]
                                                                     
Ce petit biplan japonais de chasse développé dans les années 30 fut essentiellement utilisé lors de la bataille de Chine. [NdR : on en a même vu dans Les avions de Tintin  !)
L'essentiel des pièces tient en une seule grappe et on peut dire que la qualité générale est au rendez vous. Les rendus de surface sont très fins notamment sur le peu de gravure en creux présente sur les flancs du capot moteur et l'entoilage des ailes.
Ce modèle, de conception simple, mérite avant tout l'attention particulière et nécessaire requise pour l'assemblage d'un biplan.
A noter aussi que la notice mentionne un schéma assez détaillé pour la mise en place des haubans de voilure.
2 décorations sont proposées pour des appareils ayant servi en Chine vers 1938. Ils sont entièrement peints en gris verdâtre clair et ornés de bandeaux rouges sur le fuselage avec les hinomarus aux endroits habituels.
Les décalques, de qualité moyenne, sont imprimés en mat comme à l'habitude chez ICM.
               
Le poste de pilotage, assez bien achalandé pour un cockpit ouvert, comporte l'essentiel des équipements. On se contente d'y ajouter un harnais au siège, confectionné en bande cache Tamiya ainsi qu'une cloison derrière la planche de bord afin de combler l'effet de vide en bout du plancher. L'ensemble peut être en gris clair avec le dossier du siège en noir satiné, le baquet en métal naturel, de même que les palonniers. La planche de bord, bien sculptée au niveau de l'instrumentation en creux, sera tout à fait convaincante avec une belle mise en couleurs. Il faudra seulement rogner légèrement sur l'un des cotés lors de la fermeture des demi fuselages.
Le gros œuvre est assez simple de conception et ne posera aucun problème particulier avec un montage rapide.
Le pare brise à facettes, fourni en Rhodoïd pliable, est un peu délicat à mettre en place et un léger masticage des joints au Kristal Klear est nécessaire ici. On en profite aussi pour remplacer (en tube Evergreen) le viseur central passant au travers du vitrage, celui de la boite étant un peu erroné et trop épais. Il faut ajouter aussi les 2 petits canons des mitrailleuses de capot, à insérer à la base des rainures conçues à cet effet.
Biplan oblige, tous ces éléments doivent être impérativement installés avant la pose définitive de l'aile supérieure.
Le train d'atterrissage, d'aspect un peu complexe, est en fait assez facile à mettre en place. Le dessous du radiateur reçoit une plaque supplémentaire en aluminium adhésif, non représentée sur le modèle.
L'aile supérieure, étape tant redoutée des maquettistes en général, se voit ici bien justifiée ; si les pièces fournies pour les mats sont très correctes, leurs bases ne prennent malheureusement pas en compte la courbure de surface de la voilure inférieure. Il faut donc retailler laborieusement chaque base de collage et compléter au mastic les restes de joints récalcitrants. Tout cela en respectant bien entendu l'alignement général sur l'avion. C'est assez frustrant compte tenu d'un début de montage plutôt agréable et sans défaut majeur.
On termine par les roues aux flasques très bien représentés avec les coutures de l'entoilage et la valve de gonflage des pneumatiques.
Les pales de l'hélice, à installer une par une sur la casserole, doivent être retaillées légèrement à leurs bases pour pouvoir rentrer correctement dans les axes prévus.
               
La décoration, très simple, représente un appareil durant la campagne de Chine vers 1938. Il est entièrement en gris verdâtre clair assez proche du RLM 02 allemand. On peut donc improviser en utilisant ce type de teinte, plutôt dans les gammes acryliques « authentiques », aucune équivalence véritable n'existant chez Humbrol en Enamel, mis à part les références X -Tracolor (X 409) et White Ensign Models.
Un bandeau rouge, fourni en décalque mais qu'il vaut mieux refaire à la peinture, entoure la partie arrière du fuselage avec des inscriptions (de victoires ?...) au niveau gauche du cockpit. Ceux de la planche de décalques, littéralement dissous pendant leur pose, doivent être refaits au pinceau fin en rouge vif. Les pales d'hélice sont en aluminium naturel et le bout du cône en rouge. Cette livrée est la plus connue de l'appareil et diverses photos d'époque existent à ce sujet.
Les grilles du radiateur inférieur et de la couronne du nez sont soulignées par du gris métallique Humbrol 53 frotté à l'aluminium, de même que le bandeau des échappements latéraux simulés en métal brûlé H 53 + H 160.
Pour finir, diverses petites trappes de visite sont soulignées par un éraillage léger en aluminium sur les contours avec la gravure de surface figurée au crayon fin et par un jus transparent brun foncé pour les parties mobiles (gouvernes et volets).
Le haubanage est réalisé avec des sections d'étirés coupées à la dimension adéquate puis peintes en Gun Metal H 53.
A noter que d'autres Ki 10 arboraient une livrée verte foncée et dont certains étaient équipés de carénages de roues.

Conclusion :
Un modèle intéressant sur le plan historique qui symbolise en quelque sorte les débuts de l'aéronautique militaire japonaise.
                   
Documentation : Iconographie Internet.
                             
Texte et montage : Alain Bernhard.
Remerciements à TMA pour la fourniture du kit présenté ici.
© Alain Bernhard/ Modelstories 2007