[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<

Pour agrandir les images, cliquez dessus !

Italeri Ref 1250.- 1/72.    Dornier 217 E-5.

   Italeri Ref 1250.- 1/72.    Dornier 217 E-5. [2006]

                                                             
Il s'agit ici d'une réédition d'un modèle assez ancien et complété par une grappe additionnelle comportant le missile anti-navire Henschel 293 et un réservoir supplémentaire pour équiper la variante E-5. Pour l'essentiel, le fabricant s'est contenté de son moule générique d'origine avec un degré de détails assez limité mais relativement correct et sa gravure générale en relief un peu trop prononcé.
4 décorations sont proposées pour 2 appareils E-5 équipés du missile Hs 293, une version E-4 à livrée nocturne et un E-3 classique.
Rappelons tout de même que c'est toujours le seul modèle existant à cette échelle.
                                                                 
Le poste de pilotage ne se borne qu'au strict minimum et il y a du travail de remise à niveau à effectuer, notamment sur le manque flagrant de réalisme constaté en fonction de la documentation. Les parois latérales, désespérément lisses, reçoivent divers appareillages et boîtiers confectionnés en carte plastique et photodécoupe de récupération. Le coté droit comporte un petit siège rabattable sur le coté et muni d'un dossier en tubulures fines. La pièce 17A à coller sur l'avant du plancher, est donc fausse et n'est pas utilisable. Le coté gauche reçoit une longue console pour l'équipement du pilote.
Le plancher est correct mais le siège pilote est incomplet et doit être agrémenté d'un blindage « Sarcophage » aux formes si particulières (carte plastique). On ajoute aussi les harnais, les palonniers en photodécoupe munis de leurs câbles (fil de cuivre) aux emplacements prévus sans oublier la banquette droite du bombardier en alu adhésif gravé. Le siège du mitrailleur dorsal est faux pour la forme du dossier qui est beaucoup plus arrondi dans la réalité ; la pièce fournie est retaillée à cet effet. Son installation sur ses 2 montants triangulaires reste très hasardeuse lors de la fermeture des demi fuselages.
La planche de bord ne rentre pas du tout à l'endroit prévu et serait, de toute façon, trop en avant par rapport au siège pilote. Elle ne sera mise en place qu'après le collage définitif du fuselage, en position correcte puis équipée d'une casquette confectionnée en aluminium adhésif mis en forme et d'un bourrelet antichoc en Clearfix.
Les pièces principales (fuselage et voilure) sont poncées légèrement à la paille de fer afin d'atténuer l'exagération de la gravure. On peut aussi bien re-graver le tout ou bien laisser les surfaces en l'état après ponçage, le Do 217 étant un avion d'aspect plutôt lisse.
La voilure s'assemble très bien sans oublier de percer à l'intrados les fixations pour le missile et le réservoir. Italeri fournit aussi la possibilité de braquer les ailerons avec des pièces séparées, de même pour les empennages et les dérives.
Les nacelles moteurs sont relativement bien étudiées mais leurs surfaces manquent de détails. On peut les compléter par 2 bagues en adhésif aluminium devant et sur l'arrière ainsi que pour le système de verrouillage des capots avec du plastique étiré et du profilé Evergreen. Les moteurs eux même sont suffisants compte tenu de ce qui restera visible derrière les ailettes.
Les jambes de trains d'atterrissage sont assez réalistes et les gardes boue sont fournis avec leurs barres de fixation. Ils restent cependant délicats à mettre en place. Ces 2 sous ensembles s'installent sans souci dans les puits mais les roues sont trop fines en épaisseur et une plaque de carte plastique est insérée entre les demi pièces puis poncées après masticage complet pour compenser ce manque. La roulette arrière peut être fixée sans collage pour la faire pivoter mais on peut se contenter de la coller orientée.
Les pièces transparentes sont assez limpides mais sont plutôt génériques. La verrière principale du cockpit est fausse pour la version E-5 car il faut créer et ajouter les postes de tir latéraux manquants à l'arrière et non mentionnés sur la notice alors que les mitrailleuses correspondantes sont fournies en option sur les grappes !!... Il faut donc percer le dernier vitrage de chaque coté et y insérer un cloisonnement concave transparent à 3 faces en Rhodoïd fin plié et équipé chacun d'une mitrailleuse. A noter aussi que le 2ème vitrage comporte des montants plus épais qui seront traités à la peinture lors de la décoration du modèle. Une petite console est ajoutée au niveau du plafonnier (carte et profilés Evergreen).
Pour finir, les râteliers de l'armement spécifique (missile et réservoir) sont ajoutés sous la voilure, les charges elles même ne seront installées qu'après décoration complète pour favoriser la mise en place des croix d'intrados à ce niveau. Le missile fourni est incomplet puisqu'il manque des supports plats entre le corps général et la fusée inférieure, une pointe assez volumineuse sur le bout avant et un câble reliant l'engin avec le râtelier. L'arme serait plutôt en gris crème (Humbrol 28) contrairement au bleu clair indiqué sur la notice, avec quelques éraillures sur les surfaces. On n'oubliera pas de terminer les finitions de l'avion par l'ajout de la porte d'accès de l'équipage, située sous le ventre du cockpit et simulé par un simple rectangle d'aluminium adhésif en surépaisseur.
                                                                     
C'est un appareil E-5 codé 6N + NP du 2/KG 100 en 1944 qui est représenté ici. Les surfaces supérieures sont composées du schéma maritime RLM 72 et 73 géométrique pour redescendre sur les flancs en passant sous les ailes. Les limites sont à bords francs et donc traitées à la bande cache Tamiya. Les teintes possibles chez Humbrol peuvent être du H 91 (RLM 72) et H 66 pour le RLM 73. L'intrados est en bleu clair H 65. Les casseroles d'hélices sont jaunes sur la moitié et l'extrémité supérieure de l'avant du réservoir est camouflée en vert foncé RLM 72. Le modèle reçoit un vernis semi brillant comme beaucoup d'appareils maritimes allemands, relevant ainsi l'intensité des teintes du camouflage, un peu trop ternes d'origine.
Les décalques sont de bonne qualité mais les croix de fuselage proposées semblent fausses car trop étroites pour des marquages de 1944. Elles sont remplacées par des formes plus larges trouvées sur la planche de la boite.
L'avion est éraillé modestement à l'aluminium mat de façon habituelle, de même que les traces d'échappements sur les moteurs.
                                                                                     
Conclusion :
Un modèle en demi teinte, à la fois correct mais demandant une bonne dose de travail personnel compte tenu des options proposées sur une base trop générique et mal adaptée.
A découvrir tout de même pour les « Luftwaffistes ».

Remerciements à T2M, importateur d'Italeri pour la fourniture du kit présenté ici.